Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'Epopée de Fire Rasta

Cernay la Ville: un mal pour un bien?

8 Janvier 2014 , Rédigé par Fire Rasta Publié dans #courses et entrainements

Bonjour fidèle lecteur et bienvenu futur fidèle lecteur

Compte rendu du marathon de Cernay la Ville le 05/01/2014

 

C'est mon premier CR de course, autant te prévenir tout de suite ami lecteur, j'ai pas fait de plan en 3 parties avec thèse, anti-thèse, synthese...ca va etre du freestyle pur !!! Alors un peu d'indulgence si ca part dans tous les sens :-)

 

Rappel du contexte:

Je prends le départ de ce marathon avec l'objectif de finir entre 4h et 4h10. Mon record sur la distance étant de 4h00'35, je me suis inscrit a ce marathon pour me remotiver a la course a pied, suite a une 2e moitié d'année 2013 sportivement pas terrible.

Néanmoins un urban foot de 2h une semaine avant le marathon me met plutôt en confiance sur mon état de forme...Du coup la veille de la course, je sors la calculette, le tableau d'allure, et je me fais tout un tas de stratégie et scénarios différents( je crois qu'on dit scenari au pluriel...) ou je fais en sorte de viser une zone entre 3h55 et 4h. Je règle mon GPS en conséquence et je sens que tout est réuni pour enfin passer sous les 4h.

 

L'avant course:

Levé a 5h30, petit dej de sportif (brioche Nutella), je check mon sac pour vérifier que j'ai rien oublié.Tout a l'air bon, en route! J'arrive sur place a 7h, le départ etant a 8h30 je suis bien. Il y a déjà une grosse dizaine de voiture. Je me dirige donc vers le gymnase pour récupérer mon dossard et retourne a la voiture pour passer le temps. Un peu d'internet, un peu de Twitter et pas mal de jeux.

Je ne fais parti d'un club et je m'entraîne seul...et comme je suis un peu timide, je préfère rester dans ma voiture plutôt que d'errer dans le gymnase ou autour... (c'était la minute tristesse).

A 8h moins le quart, je m'habille ( maillot du de foot du Kenya pour mettre la pression a mes adversaires ;-) ). Le temps de vérifier si tout est en place, accrocher le dossard et quand meme, verifier ou est le depart...normalement ca me laisse le temps de m'echauffer un peu et me placer sur le ligne de départ en milieu de peloton.

Et soudain c'est le drame...!!! Au moment de démarrer ma montre, je m'aperçois qu'il ne me reste qu'une Bûchette de batterie..Du coup je m'énerve contre moi même, je réalise que les plans de la veille tombe a l'eau. A ce moment là j'ai quand même la sensation d'être un bon gros loser!!

Je mets donc la montre en mode entraînement en salle (donc sans le GPS pour ceux qui ont décroché) et me dis que je peux au moins faire le debut de course avec le cardio. Je prendrais des repères aux affichages kilométrique (si il y en a) et on verra combien de temps ca tient. No stress quand même !

 

8h30 le départ est donné

 

km 0 a 5: au feeling, ça donne quoi?

Ces 5 premiers km ont surtout été une prise de contact avec ma montre. Elle m'affiche le temps au tour (tour que je marque moi même avec un bouton 'lap'...c'est réfléchit ces gadgets :-) ) ma fréquence cardiaque, et ellesitue ma fréquence dans des zones qui correspondent a des pourcentage de fcm...(promis la suite sera beaucoup moins technique).

Je partage un ou deux km avec un couple de twittos que j'ai reconnu. On parle un peu, on se souhaite bonne course et on se promet de se retrouver a l'arrivée.Puis chacun part a son rythme.

Je me retrouve donc avec un petit groupe d'environ 8 coureurs. Je ne sais pas ou en est, je n'ai vu aucun affichage kilométrique

passage au km 5 = 25'50'

 

km 5 a 10: la runneuse et son coach

Il y a donc eu un affichage au km 5, et tout de suite après un panneau 25...Sans me forcer beaucoup je comprends qu'on va faire 2 fois la boucle :-) (finalement , il y aura bien 2 boucles mais avec seulement des portions communes)

Au km 6, premier ravito; un carré de chocolat un gobelet d'eau, puis un sucre que je laisse fondre tranquillement. Ca enchaîne direct avec une côté pas énorme mais qui pique un peu quand même. .. On se retrouve a 4 , un runner + une runneuse et son coach.

En gros elle court et il fait le reste.Prends un peu d'eau, relâche tes bras, comment est ton cardio..et tout un tas d'autre consigne. Je suis a la fois intrigué, admiratif et puis finalement vite saoulé...Je profite d'une descente pour prendre mes distances et rester dans ma course.

passage au km 10 : 51'18 ( les 5 derniers km en 25'25")

 

km 10 a 15: la gestion après la pause pipi!

Au ravito du km 12, meme rituel: 1 carré de chocolat, 1 sucre, et de l'eau pour remplir ma gourde. Sauf que je ne peux plus tenir, il faut que je pisse ( c'est pas glamour mais y a un intérêt a raconter ca..)

Pendant ma pause, je garde un oeil sur la course et je vois passer la centaine de runner que j'ai doublé ces derniers km (7-8 runners en fait pas plus ;-) )

Il y a encore peu de temps je serais reparti comme un boulet de canon juste pour reprendre la place que j'avais avant de m'arrêter. ..Oui, mais ca c'était avant! La je prends bien soin de garder l'oeil sur ma montre et de ne pas faire monter le cardio.

passage au km 15: 1:19'02 (soit les 5 derniers km en 27'44)

 

km 15 a 20: la fille au teeshirt rose

A un moment je me retrouve seul avec une fille au teeshirt rose. Ca montre bipe ; je lui demande si c'est le passage au 15km; elle me repond que non, sa montre bipe tous les 100m.. (tous les 100m ?! sur un marathon... j'ai pas eu la force de calculer combien de bip elle a entendu, je te laisse faire le calcul ami lecteur ).On en plaisante brièvement puis on partage quelques km. Quel objectif, quels autres résultats sur la distance, quelles sont les sensations du jour...

Allant a peu près au même rythme, on se suit, l'un accélère un peu, l'autre relance, mais ca sent plus l'entraide que la compèt. Je signale même que dans une côte on a doublé la runneuse et son coach (ils m'avaient doublé pendant ma pause pipi).

Là, vient ensuite le coup de bluff de la fille au teeshirt rose. Elle me dit d'accélérer si je le sens (genre elle fatigue et ne peut plus suivre le rythme) A ce moment je me sens pas mal mais pas assez pour accélérer. .Du coup elle accélère toute seule!! Je la garde en ligne de mire pour finalement la doubler peu avant le km 20 et ne plus la revoir de la course.

passage au km 20: 1:46'14" (soit les 5 derniers km en 27'11")

 

km 20 a 25: est ce que c'est vraiment possible?!

Le km 20 est un peu traitre au niveau mental. Tout bêtement je regarde mon temps de passage, le multiplie par 2 + 12min ( les 12min, c'est pour les 2km entre 40 et 42)...Du coup je me fais un peu peur en tombant sur des chronos aux alentours de 3h45..Ca fait quand même 15min de mieux que mon record sur la distance (sachant que j'ai deja fait 7 marathons et que j'ai toujours craqué a un moment).

Je cogite donc pas mal en me demandant quelle stratégie adopter...continuer au risque d'exploser, au ralentir au risque de le regretter..Sauf que sans m'en rendre compte, j'ai profité de cette periode de réflexion pour me calmer un peu. Le parcours étant relativement plat sur cette partie, je continu a depasser quelque runners (lentement mais sûrement) alors que mon rythme cardiaque a légèrement baissé.

Passage au km 25: 2:12'58" ( soit les 5 derniers km en 26'44")

 

km 25 a 30: le blond!

Peu avant le km 25, je rattrape un runner que j'appellerais le blond! (pour les moins culturés d'entre vous, c'est en référence au spectacle Gad elmaleh, l'autre c'est moi..pour ceux qui ne connaissent pas le sepctacle nous l'appelerons le gendre idéal).

Caleçon moulant, teeshirt moulant, coiffure parfaite, pas de transpiration, pas de signe de fatigue...Tout est bien rangé et rien ne dépasse!!! Et je suis sûr qu'il avait des piles dans sa montre!!! GGRRRrrr!!!

Bref on se retrouve ensemble et le schéma est simple; il prend quelques longueurs d'avance dans les descentes, et j'en prends quelques unes dans les cotes. Comme on se suit depuis un petit moment je tente un mot sympa en me disant qu'on va pouvoir 'unir' nos forces.

Putain le gars ne me réponds pas, ne tourne même pas la tête...il me snobe le bougre!! Là, ami lecteur, je peux te dire que le petit footeux qui vit encore en moi me pousse fortement a lui poser un tacle bien appuyé au milieu du tibia!!!! Mais comme je suis un gentil runner je decide juste d'accélérer un peu plus fort dans une côte pour le distancer.

Au moment de mon accélération foudroyante je me retourne une dernière fois vers lui et je m'aperçois qu'il a en fait des oreillettes..il écoute de la musique!! En fait il a tout simplement pas entendu que je lui parlais. Tant pis j'accélère quand même et conclu en disant: Mouais il avait l'air sympa en fait :-)

Passage au km 30: 2:38'39" (soit les 5 derniers km en 25'41")

 

km 30 a 35: en fait on monte tout le temps!!

C'est normalement vers le km 30 que je craque. Habituellement c'est au niveau des cuisses que ca se durcit sévèrement. J'essai donc 'd'écouter' mon corps le plus possible.

Une première côté, un faux plat, une autre côte. ..J'ai les yeux rivés sur le cardio (et oui la montre n'a toujours pas lâché) et je mobilise une grosse partie de mon attention sur mes sensations dans les jambes.

Dans ces enchaînements de côtes et faux plat je modère mon allure au maximum. De memoire, je ne double qu'un seul runner et 2 me doublent. Malgré tout je n'ai pas le sentiment d'être dans le dur, mais plutôt de gérer mon effort (comme quoi tout arrive).

Passage au km 35: 3:07'28" (soit les 5 derniers km en 28'49)

 

km 35 a 40: pas d'enflammade!!!

Après le ravito du 36 je repars seul. J'ai repris les 2 runners qui m'avaient doublé (ça sert a rien mais psychologiquement, doubler a ce moment de la course, ca fait plaisir). Je suis donc seul et je ne vois pas grand monde a l'horizon...jusqu'à ce qu'un boulet de canon me passe sur la gauche et me laisse sur place..

Je me rassure en me disant que c'est un relayeur ( oui parce qu'on pouvait faire cette course en relais 2x20) Il s'éloigne mais reste dans mon champs de vision...mais un peu loin quand même :-) Pas de folie je garde mon rythme et reprends encore quelques runners.

passage au km 40: 3:35'08" ( soit les 5 derniers km en 27'40")

 

km 40 au finish: cap ou pas cap d'accélérer?

Clairement il me reste 2 km, je suis pas super frais mais il me reste un peu de force, je decide d'envoyer du pâté (raisonnablement quand même, ca serait bête d'exploser maintenant).

Je mets tout ce qu'il me reste, je commence a avoir chaud a la tête, a ressentir une sensation de faim...Mais je sais que c'est fini alors j'essaie maintenir l'allure vive.

Il y a un panneau km 41, je marque un top; 5'07 sur le dernier km!! A ouais quand même!! En fait je suis 'on fire'. Du coup ca me booste, la ligne est là, j'arrangue la foule en délire (au moins 20 personnes :-) ) pour finalement couper la ligne en 3:46'07".

Soit dernier 1,195km en 5'51"... pas mal quand meme. Et j'ai meme fini cote a cote avec le boulet de canon de tout a l'heure ( et c'etait pas un relayeur!!)

 

Ca y est je l'ai fait, j'ai vraiment fini un marathon en moind de 4h...Je viens vraiment de battre mon RP de 14 min!!

 

L'après course: le changement c'est maintenant

Bon j'ai créé ce blog il y a environ 1 mois dans le but d'échanger avec d'autres runners et de confronter les expériences. Pas pour comparer et voir qui est meilleur..mais pour apprendre sur les façons de s'entraîner, connaître de nouvelles courses mais aussi simplement passer un bon moment à discuter et se marrer un peu. Bref, je ne peux pas permettre de rentrer chez moi le plus vite possible comme je l'aurai fait il y a encore quelque mois.

Du coup en même temps que j'explose une assiette de cacahuètes, je partage mes impressions avec un runner qui venait me féliciter de ma fin de course.

J'ai ensuite une longue et très intéressante discussion avec un runner aperçu en debut de course. Je pense qu'on a discuté 5 bonnes minutes, et on va finalement se recroiser en Mai sur un 100km que nous avons tous les 2 cochés sur notre calendrier.

Je pars ensuite a la rencontre du couple de twittos croisé en début de course ..ils sont en train de discuter avec la fille au tee shirt rose !! On passe un moment tous les 4 a échanger sur notre perf, nos sensations.

La fille au teeshirt rose a mis 4h01, elle est déçue mais sur un marathon plat, c'est sûr qu'elle aurait battu son RP (3h57). Pour le couple, le jeune homme a quand même claqué un 3h15, facile en plus..

Bref on passe un bon moment, et on diScute ensuite avec un homme, venu supporter un ami marathonien. Il ne court pas du tout mais a pris du plaisir a voir les runners se depasser dans la bonne humeur générale. Il nous questionne sur nos motivations et le plaisir qu'on en tire.

L'échange edt profond et très plaisant.

Ensuite petite photo pour la route, on se recroisera sur les reseaux sociaux avant peut être de se recroiser sur une course

 

Quel bilan tirer?

Mon 'manque' de batterie dans mon GPS été finalement un mal pour un bien ( tu comprends mieux le titre de l'article ;-) ). Cela ma permis de gérer ma course en fonction de mes sensations et non chrono.

Je retiens également ma gestion dans certains moment un peu dangereux; la pause pipi, et les côtes entre le 30 et le 35km.

Faire un tout petit effort pour aller vers les autres et passer une 'après course' super agréable ( parce que glisser un petit mot pendant la course ne pose aucun probleme, mais une fois la ligne frnahcie, c'est un peu plus dur)

 

 Ce blog est aussi le votre alors si vous avez de remarques sur ce CR n'hésitez pas a un mettre un commentaire ou envoyer un mail

 

Pour info, je ne sais pas si les gens cités dans ce récit ont envie ue je parle d'eux, c'est pour ça que je ne mets aucun nom. Et j'espère n'avoir blessé personne...

 

A bientôt et bon running

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Faceauvent 09/01/2014 13:45

Bonjour, je découvre ton blog, et je viens de lire ton CR.
Vraiment plaisant ton récit, et j'ai bien aimé ton côté sociable, surtout la partie avec le blond !

Hâte de lire ton CR sur le 100km, cette distance me fait rêver !

Fire Rasta 09/01/2014 16:51

Merci. J'ai pas mal de retour sur le blond :-)
Pour le 100km, tu me mets un peu la pression. ... si la distance te fait rêver il va falloir que mon récit te fasse rêver aussi ! C'est pas sûr.
A bientôt

laflecheblonde 08/01/2014 20:12

J'adore! Très cool comme approche. Je comprends mieux le côté rasta :) Et c'est pas la peine de citer leur nom ON LES A RECONNUS! 3h15 qu'il nous fait! Nom d'une chique!

Fire Rasta 09/01/2014 05:51

Merci c'est sympa.
En plus une fois fini, il a fait demi tour pour aller rejoindre sa chère et tendre et finir avec..il est monstrueux! (Runneusement parlant ;-) )